27 bis bd Louis Blanc
87000 Limoges
Conservatoire des arts et techniques
de la porcelaine de Limoges.
Circuit de visite. Expertise

Tél. 05 55 34 44 15
contact@lachaniette.com

Conservatoire des Arts et Techniques de la Porcelaine de Limoges

Circuit de visite présentant l’histoire complète de la porcelaine de Limoges. Vingt-trois thèmes où les références du passé issues de nos collections privées côtoient l’actualité porcelainière du moment. La passion de trois générations, réunie en ce lieu unique pour mieux comprendre la porcelaine de Limoges à travers son histoire et l’évolution de son savoir-faire.
Espace vente-musée, conseil en collection et expertises, édition et sur-mesure. Notre sélection du moment, l’excellence de l’instant dans le respect d’une longue tradition locale.

Prestige de Limoges
2 bd Louis Blanc
87000 Limoges
porcelaines sélectionnées, portant haut
le prestige des grandes marques.

27 bd Louis Blanc
87000 Limoges
La plus grande gamme de porcelaine blanche et décorée, déclassée par les manufactures.

Tél. 05 55 34 58 61
contact@lachaniette.com

Le Feu

La richesse des forêts Limousines, la pureté de nos rivières et les commodités de transport du bois par flottage permettaient d'alimenter les fours, pour atteindre 1400°, température de fusion d'une "pâte dure". Les fours actuels, tunnels ou cellules, brûlent du gaz naturel, combustible idéal pour une maîtrise parfaite du feu. Une promenade dans Limoges pour découvrir la fontaine de la mairie, le pavillon du verdurier, les halles, les plaques du cimetière de Louyat, les plaques des maisons... La cuisson en grand feu, des décors dit sous émail les rendent inaltérables, permettant une utilisation architecturale.

Email

1860 Manufacture Gibus et Redon
Cache à pot - pâte sur pâte
Zoom assets/images/img_produit/email/g_nuance_delicate_1.jpeg
image assets/images/img_produit/email/g_nuance_delicate_1.jpeg
2007 Bijoux Noëlle de Géry Zoom assets/images/img_produit/email/g_nuance_delicate_2.jpg
image assets/images/img_produit/email/g_nuance_delicate_2.jpg
Nuance délicate d'un décor fondu dans la matière

En 1865, David Haviland exportateur américain de "vaisselles" européennes découvre et exploite le savoir faire exceptionnel de la manufacture Gibus pour promouvoir sa marque Haviland aux Etats-Unis, allant jusqu'à apposer son estampille sur les pièces uniques. Sur un fond en couleur de grand feu, application directement sur la pâte crue de la barbotine en couches successives.

Estampille : initiale, sigle, symboles, patronymes identifiant la fabrique.

À noter : Durant la première partie du XIX° siècle, Limoges produit du blanc sans l'estampiller, le vendant notamment pour la décoration aux porcelaines de Paris.

1890 Manufacture Charles Field Haviland Gérard Dufraisseix et Morel Zoom assets/images/img_produit/email/g_couleurs_douces_1.jpeg
image assets/images/img_produit/email/g_couleurs_douces_1.jpeg
1998 Palais Royal Email grand feu craquelé Zoom assets/images/img_produit/email/g_couleurs_douces_2.jpg
image assets/images/img_produit/email/g_couleurs_douces_2.jpg
Des couleurs douces, nécessitant une maîtrise des températures de cuisson

En 1881, Charles Field Haviland cousin de Charles Edouard, vend la manufacture des Cassaux à trois associées Emile Gérard, Jean Baptiste Dufraisseix (décorateur) et Morel (chimiste) remplacé en 1898 par Edgar Abbot. Porcelaine reliefée, couverte d'un émail coloré de grand feu.

Coulure : défaut voulu ou non se produisant lorsque la glaçure est posée en épaisseur.

À noter : Maîtriser une coulure, rend la pièce unique, les reliefs obstacles à un nappage parfait prennent une nuance plus claire.

1879 Manufacture Haviland et Cie
Forme d'Albert Dammouse
Zoom assets/images/img_produit/email/g_exigences_du_feu_1.jpeg
image assets/images/img_produit/email/g_exigences_du_feu_1.jpeg
1999 Manufacture Raynaud
Minéral ivoire forme du céramiste Cheyrou
Zoom assets/images/img_produit/email/g_exigences_du_feu_2.jpeg
image assets/images/img_produit/email/g_exigences_du_feu_2.jpeg
Un travail sans cesse remis en cause par les exigences du feu.

Forme d'Albert Dammouse dite "vermicelle" recouverte d'un émail ivoire avec un décor en pâte sur pâte. La pièce blanche en relief de "nids d'abeille" est nappée d’un émail fin ivoire.

Ivoire : Couverte d'origine japonaise à base de pyrophylite, à oxyde de titane et de carbonate de manganeze.

À noter : Émail ivoire : teinte se rapprochant de la couleur des porcelaines phosphatiques, Bone China, très en vogue à la fin du XIX° siècle.

1870 Artiste céramiste indépendant Auguste Riffatere Zoom assets/images/img_produit/email/g_email_ton_couleurs_1.jpeg
image assets/images/img_produit/email/g_email_ton_couleurs_1.jpeg
2002 J.L. Coquet Hémisphère couleur Zoom assets/images/img_produit/email/g_email_ton_couleurs_2.jpeg
image assets/images/img_produit/email/g_email_ton_couleurs_2.jpeg
Le céladon "ni vert, ni gris, couleur de clair de lune" Jacques Chardonne

Auguste Riffatere (1868/1935) est un décorateur spécialiste de la technique de pâte sur pâte. L'objet est décoré d'épaisseurs successives de barbotine blanche ou pigmentée directement sur le dégourdi.

Camembert : galette de pâte servant à fabriquer une assiette.

À noter : Les couleurs du céladon varient du vert olive au vert clair. Elles sont obtenues à partir de réductions d'oxydes, fer, titane, calcium…